dimanche, novembre 29, 2020
Home Tourisme De nombreux britanniques en vacances en Bretagne

De nombreux britanniques en vacances en Bretagne

La Bretagne est une destination touristique appréciée des français mais aussi des étrangers. Et parmi ceux-ci, nous retrouvons les britanniques. Voici alors quelques informations qui pourront vous aider à accueillir ces visiteurs venus d’outre Manche.

Quelques chiffres sur les britanniques

Tout d’abord, rappelons quelques statistiques sur le Royaume-Uni. C’est un pays de plus de 63 millions d’habitants, dont beaucoup partent en vacances à l’étranger. Parmi les pays qu’ils visitent la France vient en deuxième position en Europe pour les longs séjours. Et une des régions qu’ils aiment visiter est la Bretagne. Enfin, notez que 90% de ces touristes britanniques possèdent un ordinateur et tous ont un Smartphone.

L’organisation du séjour

Ensuite, il faut savoir que la majorité des britanniques organisent eux-mêmes leurs vacances. La plupart du temps, ils font une recherche via internet pour organiser leur séjour. Ils sont alors attentifs au rapport qualité/prix mais aussi aux avis des consommateurs. Généralement, ils réservent alors directement sans passer par des intermédiaires, donc sans passer par une agence de voyage ou un tour opérateur.

Les britanniques et la Bretagne

Au final, beaucoup de britanniques, plus de 300.000 en 2014, viennent en Bretagne et pour cause. En effet, Quimper est par exemple à un peu plus d’une heure de Londres en été. En parallèle, ils peuvent également rejoindre la pointe bretonne en bateau ou en train assez rapidement. Ainsi, de nombreux britanniques passent les vacances en Bretagne en hôtel, gite ou camping. Venant en majorité de Londres ou du sud de l’Angleterre, ils viennent pour la culture, le patrimoine mais aussi le vin et la gastronomie ou encore pour un tourisme urbain et les bons plans Bretons.

Au quotidien

Pour satisfaire cette clientèle, des enquêtes ont ainsi été menées. Ainsi, les britanniques aiment le sourire et la politesse. De plus, ils apprécient d’être salués quand ils arrivent et quand ils repartent. Ensuite, c’est important pour eux de pouvoir parler quelques mots d’anglais avec les hôteliers, les commerçants, etc. Toutefois, lorsqu’ils parlent en français, ils préfèrent qu’on leur réponde dans cette même langue. Les enquêtes ont également permis de relever quelques éléments déplaisants pour nos amis britanniques. Nous pouvons citer le haussement d’épaules, qu’ils jugent impoli, comme l’expression « je ne sais pas » ou les réponses minimalistes. En même temps, trop de familiarité est mal perçu.

Autres conseils

Enfin, voici quelques conseils pour attirer cette clientèle britannique. Tout d’abord, vous pouvez prévoir un module de réservation en ligne pour leur faciliter les choses. Ensuite, il est conseillé d’avoir les informations essentielles clairement identifiables sur votre site. Bien entendu, celui-ci doit pour cela être traduit de façon professionnelle. D’ailleurs, passer par une agence de traduction est conseillé pour éviter les mauvaises traductions, qui sont néfastes pour l’image. Enfin, il est important d’avoir un site ergonomique et bien référencé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Most Popular

Comment bien choisir son assurance santé pour les expatriés Breton ?

Le statut d'expatrié est vécu différemment en fonction des circonstances des uns et des autres. Il apporte son lot de joies et de difficultés et...

La communication des PME bretonnes

Comment faire parler de soi, comment être reconnu si l'on n'a ni les hommes, ni l'argent, ni le temps pour communiquer ? Les grandes...

Voyage en moto en Bretagne : le test du support téléphone Quad Lock

Pour les motards qui voyagent en Bretagne (et ailleurs) et qui veulent utiliser leur téléphone comme pour se guider, il est indispensable de se...

Créer un business à l’étranger

Selon Hervé Heyraud, président fondateur du site www.lepetitjournal.com, journal du web d’actualités pour expatriés français, « c’est une vraie tendance de fond ». Et...