Home Blog

Comment bien choisir son assurance santé pour les expatriés Breton ?

0

Le statut d’expatrié est vécu différemment en fonction des circonstances des uns et des autres.

Il apporte son lot de joies et de difficultés et faire preuve d’une certaine dose de sagesse pratique et de prévoyance peut s’avérer particulièrement important lorsque des situations pénibles surgissent.

C’est spécialement vrai lorsque l’on rencontre des problèmes de santé en tant qu’expatrié.

Mais que signifie précisément être expatrié ?

L’expatriation : qu’est-ce que c’est ?

Par définition, un expatrié est une personne qui vit en dehors de sa patrie.

Il peut s’agir là d’un choix personnel, d’une décision gouvernementale concernant le personne en question qui l’aura amenée à être chassée de son pays de naissance, mais cela peut aussi relever d’une raison professionnelle.

Cette dernière proposition concerne la majorité des Français expatriés.

Expatriation Breton Monde

Ils travaillent le plus souvent pour une entreprise française qui a des intérêts à l’étranger, et en fonction du poste qu’ils occupent, leur employeur peut leur demander de travailler pour un temps plus ou moins long dans un autre pays.
Arrivé à ce stade, il importe de faire une claire distinction entre un salarié détaché et un salarié expatrié.
La différence concerne le statut et l’affiliation du salarié : s’il continue de faire partie de l’entreprise en France et s’il reste affilié à la Sécurité sociale, selon le droit français, ce salarié est considéré comme un travailleur détaché.
Si, au contraire le salarié est affilié à la branche étrangère de la société française pour laquelle il travaille et qu’il n’est plus naturellement affilié à la Sécurité sociale, il est de ce fait considéré comme expatrié.
Toutefois, malgré l’ expatriation, ce travailleur peut continuer à bénéficier des avantages liés à la Sécurité sociale française.
Comment est-ce possible ?

La Caisse de Sécurité sociale des Français résidant à Étranger, de quoi s’agit-il ?

Un travailleur expatrié doit réfléchir à la façon dont il va couvrir ses dépenses de santé et se poser précisément la question de l’ assurance santé expatrié.
En France l’affiliation à la Sécurité sociale est obligatoire.
Pour les travailleurs français expatriés, elle n’est pas obligatoire mais cette possibilité existe grâce à la CFE ou Caisse de Sécurité sociale des Français résidant à l’Étranger.
Il s’agit d’une caisse de remboursement des frais de santé facultative qui présente l’intérêt d’offrir des remboursements établis suivant le même barème que la Sécurité sociale française.
Elle concerne les mêmes remboursements des frais liés à la santé tels que la consultation chez un médecin ou un spécialiste, l’achat de médicaments ou de traitements sur prescription médicale et les frais liés à une période d’hospitalisation.
Cette adhésion à la CFE est possible moyennant une cotisation de la part de l’assuré.
Bien entendu, il appartient à l’assuré de décider s’il veut souscrire en plus une assurance santé locale afin d’améliorer le volume de prise en charge de ses frais de santé.
Ce dernier aspect est particulièrement important si l’expatrié vit dans un pays où les dépenses liés à la santé sont spécialement élevées.

Bien entendu, chaque situation est différente et chaque expatrié voudra réfléchir personnellement à son cas concernant son assurance santé internationale.
Afin de l’y aider, le gouvernement français propose différentes informations ciblées et utiles sur le site service-public.fr sous l’onglet Assurance maladie d’un Français vivant à l’étranger.
Vous pouvez aussi tout simplement utiliser le lien suivant.

Toutefois, il existe un certain nombre d’autres possibilités pour trouver une assurance santé expatrié, notamment le fait de recourir à une assurance santé au 1er euro.

Qu’est-ce qu’une assurance santé « au premier euro » ?

Ce type s’assurance n’a rien à voir avec la Sécurité sociale, c’est une couverture entièrement privée qui propose de rembourser les frais de santé dès le premier euro dépensé, d’où son nom.
En fonction du type de contrat souscrit, les conditions de prise en charge et les plafonds de dépense peuvent varier considérablement.

Devant les nombreuses possibilités qui s’offrent à lui, l’expatrié peut tirer profit de l’utilisation d’un comparateur d’assurances afin de trouver une assurance santé expatrié qui corresponde à la fois à ses besoins et à ses moyens.
Il existe plusieurs comparateurs sur Internet qui permettent de comparer vos potentielles assurances santé en ligne et ceci gratuitement et en toute liberté.
Vous pouvez par exemple utiliser le comparateur de sante-mobility.com

La communication des PME bretonnes

0

Comment faire parler de soi, comment être reconnu si l’on n’a ni les hommes, ni l’argent, ni le temps pour communiquer ? Les grandes entreprises, qui disposent de tous les moyens nécessaires pour acquérir notoriété et pour se forger une image, ne se posent pas ce genre de questions. Mais les petites entités, qui consacrent l’essentiel, voire l’intégralité de leur temps et de leur énergie à leur métier, comment font-elles ?

Faire appel à des prestataires

Pour beaucoup malheureusement, elles ne font rien, ou presque. Elles comptent sur la seule qualité de leurs produits pour se faire connaître. D’autres en revanche font appel à des prestataires pour les accompagner. Parmi ceux-ci, il y a ceux qui appliquent les mêmes recettes, qui utilisent les mêmes outils, quel que soit le client. Généralistes, ils ne disposent ni de l’expertise ni de la proximité qui sont nécessaires à une communication efficace. Certains autres au contraire se spécialisent sur un canal de communication — print, web, réseaux sociaux —, ou sur un secteur d’activités, qu’il s’agisse de l’industrie, des services, des collectivités territoriales, des associations, etc. D’autres encore privilégient leur ancrage local et s’adressent plus spécifiquement aux entreprises de leur territoire.

Logo Everest

Privilégier la proximité

C’est le cas notamment de l’agence Everest, implantée à Rennes, qui a fait le choix de ne travailler qu’avec des PME-TPE bretonnes. À l’opposé de ce que proposent les plates-formes Internet, qui associent le plus souvent distance et anonymat, cette agence rennaise fondée en 2002 valorise en effet la proximité géographique et l’empathie. Vivre au même endroit, c’est contempler les mêmes paysages, comprendre certains particularismes, quelques habitudes, c’est partager les mêmes conditions, météo notamment… Bref, c’est vivre la même vie. Et quoi de mieux pour se comprendre ? Aux clients, cette agence propose des prestations complètes, qui vont de la stratégie éditoriale au référencement et à la visibilité sur Internet, en passant par le graphisme ou la vidéo.

Travailler dans la durée

À la proximité, on peut aussi ajouter la durée. Comment en effet répondre aux besoins d’une entreprise sans connaître son histoire, sans percevoir ses évolutions, ses changements ? Pour autant, il ne s’agit pas d’imposer auxdits clients des contrats qui les lient à une agence pendant des années, et ce quels que soient les résultats et la qualité de leur collaboration. L’agence Everest, toujours elle, propose ainsi un contrat « durable », mais sans engagement ni avenant, grâce auquel le client maîtrise parfaitement son budget. Il n’y a pas de mauvaise surprise. L’agence n’a par conséquent d’autres choix que de donner satisfaction à ses clients si elle veut les fidéliser. À cet égard, elle se rapproche des plates-formes sus mentionnées, pour lesquelles liberté et légèreté de fonctionnement sont la règle. En ce sens, elle conjugue en quelque sorte le meilleur des deux mondes.

Voyage en moto en Bretagne : le test du support téléphone Quad Lock

0

Pour les motards qui voyagent en Bretagne (et ailleurs) et qui veulent utiliser leur téléphone comme pour se guider, il est indispensable de se doter d’un support spécifique pour le mettre au guidon. Il existe d’ailleurs beaucoup de solutions sur le marché, mais toutes présentent des inconvénients de taille, ce qui explique que le Quad Lock soit le chouchou des motards. On a voulu en avoir le cœur net par nous-même en le testant.

Utilisation indispensable d’un GPS

Quand on part en voyage, s’il y a bien un accessoire indispensable, c’est le GPS. Ce petit appareil permet de trouver facilement le meilleur itinéraire pour se rendre n’importe où en Bretagne, en France et en Europe.

Le problème quand on est en deux roues, c’est que l’on est forcément limité en volume et en poids de matériel que l’on peut avoir avec soi. Pour bouger, il faut donc choisir au mieux ce que l’on emporte. De fait, le GPS est aujourd’hui supplanté par le smartphone car ce petit appareil nous suit absolument partout. Alors, pourquoi s’encombrer d’un équipement supplémentaire ?

Par ailleurs, de nombreuses applications mobile sont aujourd’hui au moins aussi performantes. Régulièrement mises à jour, elles offrent également la possibilité de sélectionner son parcours en fonction de la sinuosité et du dénivelé désirés. En effet, manger du bitume en ligne droite, ce n’est pas le plus excitant quand on est en deux roues.

Quels critères pour bien choisir son support téléphone moto ?

Le problème avec un téléphone portable, c’est qu’à la base, il n’est pas prévu pour être utilisé par les motards en conduisant. Pour toujours avoir les deux mains sur le guidon et l’œil sur la route, il faut donc s’équiper d’un support téléphone moto.

Comme son nom l’indique, cet accessoire permet d’utiliser son mobile comme GPS et ce, en toute sécurité grâce à une fixation au guidon ou au rétroviseur selon votre deux roues. Quad Lock propose un modèle qui répond à tous les critères essentiels pour une utilisation confortable et sécurisée, pour vous, mais également pour votre téléphone.

Vol à l’arraché

En effet, là où le bat blesse, c’est qu’un smartphone coûte parfois plusieurs centaines d’euros et que les risques de vol à la tire sont réels pour les motards arrêtés à un feu tricolore en ville par exemple. La grande force du support téléphone moto Quad Lock, c’est justement de rendre impossible l’arrachage de votre appareil. La marque a en effet développé un système breveté exclusif.

Gare aux vibrations !

Autre difficulté à prendre en considération, les vibrations. En effet, on ne roule pas toujours sur du velours et le revêtement de la plupart des routes provoquent immanquablement de nombreuses secousses. Or, ces dernières posent deux problèmes : l’impossibilité de lire son smartphone rapidement et le risque de chute de l’appareil.

Le support Quad Lock résout ces problématiques grâce à une fixation unique qui évite tout détachement accidentel du mobile. Par ailleurs, les vibrations sont considérablement réduites, tout comme le temps nécessaire à la lecture de la carte. Idéal pour garder les yeux sur la route.

Pluie : un risque pour votre smartphone

L’autre grand risque pour un appareil accroché au guidon d’une Yamaha, d’une Honda ou d’une Kawasaki, c’est d’être endommagé par la pluie. Quad Lock a résolu ce problème en concevant des coques transparentes qui viennent se positionner sur l’écran de votre mobile.

Bien évidemment, pour que cela soit parfaitement étanche, ces protections sont conçues sur-mesure pour la plupart des grandes marques comme Apple, Huwaei ou encore Samsung. Ainsi, elles épousent littéralement la forme de votre appareil, évitant que l’eau ne fasse des dégâts.

Voyage en moto : on a testé le Quad Lock en vrai

Sur le papier tout semble parfait. Mais qu’en est-il à l’usage ? Pour le vérifier, il ne reste qu’à enfourcher son bolide et se faire une virée.

Route Bretagne Moto

Première impression lors du déballage du kit, l’ensemble est de bonne manufacture. Les matériaux semblent de bonne qualité et l’ensemble est visiblement robuste. La coque fournie pour notre Huawei P30 Pro s’adapte parfaitement. L’accès aux différentes fonctionnalités de l’appareil sont parfaitement préservées.

Une fois le support téléphone monté sur le guidon de notre Yamaha Tmax 560, l’installation de notre écran se fait en effectuant un quart de tour jusqu’à ce que l’on sente un clic de sécurité. Le mobile semble parfaitement verrouillé. C’est donc parti pour mettre les gaz.

Le premier test se fait sur une route toute neuve, histoire de s’assurer que le Huawei ne va pas se détacher. Aucun problème, il fait corps avec le guidon. On peut donc y aller plus franchement. Premier dos d’âne en vue et franchi à bonne vitesse. Les suspensions de la Tmax 560 sont franchement sollicitées, mais le Quad Lock ne bronche pas.

Même constat sur des routes plus sinueuses et pas toujours en bonne état. Les vibrations sont faibles et la lecture du trajet se fait rapidement et dans de bonnes conditions. C’est sécurisant, et finalement, c’est ce que l’on demande à un bon support téléphone pour moto.

Créer un business à l’étranger

0

Selon Hervé Heyraud, président fondateur du site www.lepetitjournal.com, journal du web d’actualités pour expatriés français, « c’est une vraie tendance de fond ». Et les chiffres de la chambre de commerce et d’industrie d’Île-de-France le confirment :

  • 28 % des expatriés français (sur 1,5 à 2 millions selon le ministère des Affaires étrangères) sont des entrepreneurs ;
  • 150 000 entreprises de droit local dans le monde ont été créées par des Français.

La source ne semble pas devoir se tarir si on en croit un sondage de Statista de 2018 selon lequel, un tiers des jeunes français sondés déclaraient qu’ils étaient tout à fait prêts à travailler à l’étranger après leurs études.

Comment créer un business à l’étranger et quels sont les écueils à éviter ? Nous vous donnons ici quelques pistes sur le travail en expatriation afin d’avoir tous les atouts en main avant de faire le grand saut.

Quel pays choisir ?

Les paramètres à prendre en compte pour effectuer un choix éclairé

Choisir le pays dans lequel créer votre entreprise est crucial. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte : cadre juridique et fiscal, spécificités du marché, habitudes de consommation, marché de l’emploi, perspectives de développement, climat, maîtrise de la langue, système de santé, etc.

Des démarches de création d’entreprise différentes selon les pays

Dans certains pays du Moyen-Orient et d’Asie, passer par un partenariat avec des nationaux, en fonction des secteurs d’activités, est obligatoire. Votre partenaire fera l’interface avec l’environnement économique, politique et administratif du pays.

Faire appel à un expert-comptable ou un avocat pour effectuer les formalités sera nécessaire dans nombre de pays d’Amérique latine, et le montant du capital ou du dépôt de garantie variera d’un pays à l’autre.

Se rendre sur place assure de se familiariser et/ou d’approfondir la connaissance du pays visé. Cette démarche permet d’établir des contacts localement afin de trouver des partenaires potentiels.

Les pays « business friendly »

Où sont les entreprises françaises ?

Environ la moitié des entreprises françaises à l’étranger sont en Europe de l’Ouest. Cependant, la tendance est à la hausse dans les pays d’Asie du Sud-Est et en Europe de l’Est. D’une façon générale, il existe un engouement croissant pour les pays émergents.

Les pays attractifs

Le rapport « Doing business » de la banque mondiale analyse les réglementations de 190 économies. Il donne une note par pays selon 10 critères dont, entre autres, la qualité de l’environnement économique, l’état de la réglementation sociale et fiscale, la facilité des démarches administratives, etc.

Les dix économies du monde les plus performantes du point de vue de la facilité de faire des affaires sont : la Nouvelle-Zélande, Singapour, Hong Kong, le Danemark, la République de Corée, les États-Unis, la Géorgie, le Royaume-Uni, la Norvège et la Suède. Elles possèdent en général un cadre réglementaire solide, associé à un degré élevé de transparence. Évidemment les autres pays ne sont pas exclure pour autant. Tout dépend de la nature de votre projet et de votre connaissance du pays.

Réaliser son business plan

C’est une étape indispensable lorsque vous souhaitez créer une entreprise. Le business plan sera le juge de paix de la viabilité de votre projet. Quelle est votre cible ? Existe-t-il une demande significative dans le pays choisi ? Qu’en est-il de la concurrence sur place ? De quelle trésorerie avez-vous besoin ? Voilà une partie des questions autour desquelles s’articule un business plan.

D’autres points connexes seront à vérifier, comme le système éducatif (présence d’école française pour vos enfants, par exemple), le montant des loyers, sans oublier le système de santé.

Vous n’êtes pas seuls

Il existe de nombreux organismes publics, privés ou associatifs qui offrent aides et conseils aux entrepreneurs pour se lancer:

  • Business France est un organisme public qui accompagne les chefs d’entreprises français dans leurs projets d’implantation à l’international ;
  • Sante Mobility publie des fiches sur de nombreuses destinations et informe sur les démarches à effectuer avant de partir. Il met à disposition des expatriés des comparatifs d’assurance santé pour leur permettre d’effectuer un choix adapté à leur besoin ;
  • Le réseau des chambres de commerce et d’industrie françaises à l’international (CCIFI) suit les étapes du développement des entreprises françaises à l’international.

Pour conclure

Se rendre sur place est fortement conseillé afin de mieux jauger l’environnement socio-économique et culturel du pays. En partant travailler à l’étranger, vous ne serez peut-être plus couvert par la Sécurité sociale. Renseignez-vous avant votre départ afin de souscrire à une assurance santé internationale.

Un électricien de confiance à Rennes et sa métropôle

0

Les dépannages en matière d’électricité sont du ressort des professionnels. Ces travaux exigent une certaine expérience pour éviter les problèmes éventuels. Les services proposés par l’entreprise Le Neindre Electricité sont de qualité selon plusieurs utilisateurs.

Des interventions électrique de qualité

Pour un dépannage de qualité, une seule adresse à Rennes et sa métropole L’électricien se distingue par sa rapidité dans les différentes interventions fournies. L’artisan électricien mis à disposition des clients intervient pour assurer la mise en sécurité des matériels électriques. L’entreprise accompagne sa clientèle dans les projets de mise aux normes des anciennes installations électriques. En réalité, les autorités exigent que les installations électriques soient mises à la norme RT 2005 en vigueur. Les logements anciens qui possèdent pour l’heure des installations vétustes trouvent leur solution. Les surconsommations d’énergie électrique sont résolues en un laps du temps. L’entreprise fait son intervention en assurant d’une part un rôle de conseiller auprès de sa clientèle et d’autre part propose les différents travaux à réaliser.

Un service rapide et de qualité

Les services de dépannage effectués permettent d’éviter tout risque d’incendie dû à une installation électrique défectueuse. L’entreprise envoie son expert pour remplacer toutes les pièces défectueuses. Le remplacement du tableau électrique ou même du fusible peut permettre de résoudre les soucis de court-circuit. L’expert assure la remise en service rapide de l’installation électrique ou de l’appareil défectueux. Le service d’assistance proposé est reconnu par son professionnalisme et son efficience. L’efficacité et le sens du travail bien fait de nos experts sont les moteurs principaux de notre rapidité.

Les avis des clients

La plupart des clients ayant contracté avec L’entreprise Le Neindre se disent très satisfaits des prestations reçues. Des témoignages proviennent le plus souvent des projets électriques réalisés lors de la construction de maison, de la rénovation de logement ou des travaux ponctuels suite à une panne. Certains clients sont particulièrement sidérés des prestations fournies lors des dépannages électriques ou de la pose de VMC. Les installations électriques ont été mises en conformité par des techniciens rompus à la tâche. Ils interviennent aussi lors des situations d’urgence dans les délais idéales 24 heures sur 24 heures et 7 jours sur 7. L’entreprise est à votre disposition pour tous les travaux de dépannage électrique à Rennes.

Le Diagnostic Termites est-il obligatoire en Bretagne ?

0

Obligatoire dans certaines communes, facultatif dans d’autres, le Diagnostic Termites existe pour informer un éventuel acquéreur de la présence ou non de parasites dans le bois du logement qu’il convoite. Bien qu’il soit facultatif, et même si vous n’envisagez pas de le vendre, le Diagnostic Termites peut sauver votre bien.

La bébête qui ronge, qui ronge…

Les termites et les champignons lignivores comme la mérule peuvent compromettre l’intégrité de la structure d’un bâtiment, et leur présence varie selon les communes.
Le caractère obligatoire ou non du Diagnostic Termites est décrété par arrêté préfectoral qui déclare certaines zones comme infestées ou potentiellement susceptibles de l’être à court terme.

À qui s’adresse le Diagnostic Termite ?

Les propriétaires de maisons individuelles et de parties privatives de lots de copropriétés des immeubles collectifs y sont soumis en cas de vente.
Il doit stipuler le bien concerné, les parties examinées et les éléments infestés (ou l’ayant été) par la présence de termites, et il est valable 6 mois et peut aboutir à d’éventuels travaux de déparasitage.

Les conséquences juridiques

Ajouté au Dossier de Diagnostic Technique (DDT) qui doit être annexé à la promesse de vente, le Diagnostic Termites exonère le propriétaire de la garantie pour vice caché.
il est à noter qu’une démolition partielle ou totale localisée dans un secteur à risque entraîne une déclaration à la mairie de la commune dans le mois suivant. Elle précisera le traitement réservé à la boiserie pour son déparasitage. Un manquement à cette obligation entraîne une amende de 450 €.

Qui cherche la petite bête ?

Ce diagnostic doit obligatoirement être réalisé par un diagnostiqueur professionnel répondant à certains critères notamment de certification. Pousser la porte d’une agence Arliane Diagnostic assure à un propriétaire une écoute personnalisée, des tarifs adaptés et la compétence technique agréé d’un expert agréé pour réaliser dans les règles de l’art tous les diagnostics désormais exigés lors la vente d’un bien immobilier.

Stage de gardien de but de Football en Bretagne

0

Je suis Olivier (14 ans), et je suis gardien de but. J’ai toujours aimé ce poste, car je considère qu’il est essentiel dans le jeu. Mon rêve est d’intégrer un centre de formation de qualité en France afin de continuer ma progression. Avec l’aide de mes parents, j’ai pu intégrer l’académie Breizh, un superbe endroit qui m’a permis de comprendre que football et éducation vont de pair.

Une semaine de stage la foot Breizh Académie équivaut à un mois d’entrainement dans un terrain de foot avec mes amis.

Tout est organisé : les séances d’entrainement, de repos, la détente, les activités récréatives, etc. De plus, j’ai pu bénéficier de l’expertise de Franck Gouzerch, le responsable des gardiens de but. Avec plus de 1m80, j’étais le plus grands des gardiens qui étaient en stage au même moment. Ce qui est un avantage non négligeable, mais qui pouvait aussi se transformer en inconvénient si je n’avais pas pu apprendre les méthodes de placement, de prise de balle ou encore de jeu avec les pieds. C’est justement ce que j’ai eu à travailler durant la semaine de stage intensive. J’ai pu surtout apprendre qu’un gardien de but, à l’image de Ter Stegen au Barça, devait faire partie du jeu. J’ai alors beaucoup insisté sur mon jeu de pied et c’est le domaine dans lequel j’ai le plus progressé.

Ter-Stegen-au-Barça-gardien-barcelone

Pour mon point faible (les tirs au ras du poteau), il m’a fallu plusieurs tentatives pour réussir à comprendre la stratégie : comment prendre appui avec ses pieds, puis plonger tout en veillant à son placement. La formation fut largement positive et je suis reparti chez moi en étant très heureux et fier des progrès réalisés. Par la suite, j’ai pu participer au stage élite au cours desquels plusieurs recruteurs viennent des quatre coins de la France pour dénicher les futurs talents. Pour moi, ces stages sont une occasion pour mettre en valeur mon talent et c’est justement ce que j’ai fait.

Bien que ce stage d’élite ne m’ait pas permis d’intégrer un centre de formation, je prévois bien de revoir pour un autre stage de gardien de but afin de m’améliorer.

Voyage de luxe en Bretagne : les lieux incontournables

0

Les voyageurs en quête de luxe seront très bien servis au cours d’un voyage en Bretagne. Cette magnifique région propose des villes de caractères, splendides espaces naturels, monuments historiques et des plages idylliques. En optant pour un hébergement de prestige dans l’une des villes, il est possible de partir à la découverte de ses trésors cachés et également de s’imprégner de sa douceur de vivre. Les quelques sites suivants sauront vous épater au cours de votre séjour en Bretagne.

Profiter de l’élégance historique de la ville de Rennes

Habituellement, partir à la découverte d’une destination, c’est découvrir en partie son patrimoine culturel, historique et naturel. À travers le monde, il est possible d’associer ces éléments. Les amateurs de voyage de luxe n’hésitent donc pas à profiter d’un séjour haut de gamme dans des établissements de renom, peu importe la destination, en Australie, aux USA ou encore au Japon. Pour ceux qui préfèrent rester en France, notamment les amateurs de luxe et de cité historique, les voyageurs peuvent choisir des destinations exceptionnelles comme la Bretagne. Rennes figure parmi les villes incontournables dans cette région.

mairie rennes

Rennes, la capitale bretonne, est une cité d’art et d’histoire. Elle est parsemée de sites historiques remarquables. Une fois dans cette ville, le choix est large entre les établissements de luxe situés en centre-ville. Ils sauront proposer des services haut de gamme avec des hébergements confortables, un cadre raffiné ou encore une restauration de choix. En termes de visite, les voyageurs pourront profiter d’excursions inoubliables à partir de la location d’une voiture haut de gamme avec chauffeur.

Ce qui permettra de profiter de la ville dans le confort total et au gré de ses envies. Pour profiter de Rennes, il est conseillé de débuter l’aventure du côté des remparts qui entourent la vieille ville. Passer par les portes mordelaises permet de découvrir le vieux Rennes abritant des maisons traditionnelles, à savoir le Palais du Parlement de Bretagne, la chapelle Saint-Yves, la cathédrale Saint-Pierre ou encore l’Opéra. Pour les amateurs d’art, le Musée des Beaux-Arts renferme un grand nombre d’œuvres comme les toiles de maître célèbres. Après chaque journée de visite, il est idéal de réaliser un voyage gastronomique dans le restaurant de l’hôtel et découvrir des mets locaux comme les galettes bretonnes, le gâteau breton Kouign Amann ou encore du homard breton grillé.

Partir à l’assaut de la côte d’Émeraude

Découvrir la côte d’Émeraude, c’est apprécier la partie du littoral depuis le Cap Fréhel à l’ouest jusqu’au Mont-Saint-Michel. Cette zone propose l’un des plus beaux paysages de France avec ses nombreuses stations balnéaires, ses ports, ses bourgs de pêcheurs, ses villes historiques, ses promontoires rocheux et ses magnifiques plages. Afin de mieux profiter de son séjour sur la côte d’Émeraude dans le luxe, plusieurs hôtels étoilés y sont recommandés. La plupart sont très bien situés et proposent des services de prestige comme la plupart des amateurs luxe le souhaitent.

Pour une aventure exceptionnelle, il est possible d’opter pour la location de voiture afin de découvrir les trésors de la région dans le confort et en toute liberté. Pour débuter son circuit, il est idéal de faire un tour à Cancale et son port de pêche pour déguster des huîtres et pour profiter d’une vue imprenable sur la baie du Mont-Saint-Michel. En poursuivant vers Saint-Malo le long de la côte sauvage, la pointe du Grouin sera au rendez-vous. Le site permet de plonger dans un espace naturel protégé et un éperon rocheux offrant une vue spectaculaire sur le large, le Mont-Saint-Michel et le Cap Fréhel.

Pour les amateurs de farniente, il est possible de se rendre sur la plage sauvage de Soussaye. Sinon, la plage des Chevrets est une très bonne alternative sur cet axe. La détente y est à portée de main dans un cadre idyllique et naturel. L’étape suivante se déroule du côté de Saint-Malo, la cité des Corsaires. Avec une voiture de location, il est possible d’arpenter en toute tranquillité la ville intra-muros à travers ses rues pavées bordées d’édifices historiques. Pour clore son séjour en Bretagne, Dinard est un point d’escale important pour ses magnifiques plages et ses villas du 19e siècle.

 

Troquer, acheter avec des jardiniers bretons pro ou amateurs en quelques clics

0

Si vous souhaitez vous approvisionner localement en fruits et légumes, il existe de nombreux producteurs bretons. Mais encore faut-il pouvoir les trouver. C’est alors très simple avec la plateforme lePotiron.fr, qui permet de mettre en relation les particuliers et les producteurs locaux.

De nombreux britanniques en vacances en Bretagne

0

La Bretagne est une destination touristique appréciée des français mais aussi des étrangers. Et parmi ceux-ci, nous retrouvons les britanniques. Voici alors quelques informations qui pourront vous aider à accueillir ces visiteurs venus d’outre Manche.

Quelques chiffres sur les britanniques

Tout d’abord, rappelons quelques statistiques sur le Royaume-Uni. C’est un pays de plus de 63 millions d’habitants, dont beaucoup partent en vacances à l’étranger. Parmi les pays qu’ils visitent la France vient en deuxième position en Europe pour les longs séjours. Et une des régions qu’ils aiment visiter est la Bretagne. Enfin, notez que 90% de ces touristes britanniques possèdent un ordinateur et tous ont un Smartphone.

L’organisation du séjour

Ensuite, il faut savoir que la majorité des britanniques organisent eux-mêmes leurs vacances. La plupart du temps, ils font une recherche via internet pour organiser leur séjour. Ils sont alors attentifs au rapport qualité/prix mais aussi aux avis des consommateurs. Généralement, ils réservent alors directement sans passer par des intermédiaires, donc sans passer par une agence de voyage ou un tour opérateur.

Les britanniques et la Bretagne

Au final, beaucoup de britanniques, plus de 300.000 en 2014, viennent en Bretagne et pour cause. En effet, Quimper est par exemple à un peu plus d’une heure de Londres en été. En parallèle, ils peuvent également rejoindre la pointe bretonne en bateau ou en train assez rapidement. Ainsi, de nombreux britanniques passent les vacances en Bretagne en hôtel, gite ou camping. Venant en majorité de Londres ou du sud de l’Angleterre, ils viennent pour la culture, le patrimoine mais aussi le vin et la gastronomie ou encore pour un tourisme urbain et les bons plans Bretons.

Au quotidien

Pour satisfaire cette clientèle, des enquêtes ont ainsi été menées. Ainsi, les britanniques aiment le sourire et la politesse. De plus, ils apprécient d’être salués quand ils arrivent et quand ils repartent. Ensuite, c’est important pour eux de pouvoir parler quelques mots d’anglais avec les hôteliers, les commerçants, etc. Toutefois, lorsqu’ils parlent en français, ils préfèrent qu’on leur réponde dans cette même langue. Les enquêtes ont également permis de relever quelques éléments déplaisants pour nos amis britanniques. Nous pouvons citer le haussement d’épaules, qu’ils jugent impoli, comme l’expression « je ne sais pas » ou les réponses minimalistes. En même temps, trop de familiarité est mal perçu.

Autres conseils

Enfin, voici quelques conseils pour attirer cette clientèle britannique. Tout d’abord, vous pouvez prévoir un module de réservation en ligne pour leur faciliter les choses. Ensuite, il est conseillé d’avoir les informations essentielles clairement identifiables sur votre site. Bien entendu, celui-ci doit pour cela être traduit de façon professionnelle. D’ailleurs, passer par une agence de traduction est conseillé pour éviter les mauvaises traductions, qui sont néfastes pour l’image. Enfin, il est important d’avoir un site ergonomique et bien référencé.